jeudi 10 avril 2014

Tempête dans l'atelier 1/10

Petit article court du jeudi pour vous montrer ce qui se trame insidieusement chez moi... dans environ un mois une sélection de mes élèves jouera une version bilingue et abrégée de la Pièce de Shakespeare The Tempest. Et comme j'avais une idée bien précise de ce que je voulais et un budget suffisant (merci les portes ouvertes du collège) je me suis lancée sur une dizaine de costumes.
Mon idée de base c'est  d'adapter des formes histo de diverses époques à des matières et des techniques plus modernes;  pour monter sur scène les costumes doivent être pratiques, solides et les contraintes de mise en scène m'obligent à prévoir des changements très rapides de vêtements entre chaque scène. Ajoutez à cela la nécessité de prendre ses précautions vis à vis des familles d'origines musulmanes ou hindoues et vous aurez une idée de la pagaille....Pour éviter aussi des soucis juridiques j'ai privilégié la fabrication de vestes, tuniques, robes...rien qui ne m'oblige à prendre des mesures en dessous de la taille (oui, hein, évitons les accusations...).

Bref vous verrez dans les semaines qui viennent toutes sortes de formes allant du médiéval au regency avec des tissus parfois surprenants et des techniques modernes.... désolée pour les amateurs de costumes histo, cela ne va pas être à l'ordre du jour pendant quelques temps (même si ma crino de bal monte à la main lentement en parallèle).

Pour commencer aujourd'hui la coupe et le montage d'un doublet Tudor pour le personnage de Ferdinand dans la pièce et la finalisation de la cape assortie. Vous verrez plus tard qu'il y a une symbolique des costumes les uns par rapport aux autres... Je me suis inspirée de deux versions différentes du personnage, celle du film (jean + doublet de forme histo mais avec tissu et fermetures modernes en décoration) et d'une version du festival Shakespeare de l'Oregon.


Et voilà une fois bâti:

dos
et devant ouvert, seule la basque sera montée en doublure moderne pour éviter qu'en mouvement on ne voit des surplus de couture. Pour le reste je monterai "à l'ancienne". Je n'ai monté qu'une manque pour l'essayage express de demain.
Et puis la cape qui, elle est finie, je ne sais pas encore comment je la fixerai, peut être avec des pressions pour gagner du temps lorsque le personnage devra la poser entre deux scènes. Pour les matières: fourrure synthétique, coton-soie à l'extérieur, doublure synthétique à l'intérieur et galon métallique. 



 Allez, croisons les doigts pour que l'essai soit concluant demain et que je n'ai pas tout à refaire.





lundi 24 février 2014

Velma et Moi

Voilà, comme promis un petit post rapide pour montrer le résultat final de la tenue 1920 portée à un anniversaire costumé.

J'ai triché avec une perruque coupée court pour essayer de coller au look de la comédie musicale. Pour le reste un bandeau de tête et un collant résille grande taille pris sur Asos.fr (Mon site favori de vêtements grande taille, et pas que d'ailleurs..) et mes chaussures d'amour achetées à plein tarif (tellement je les voulais) sur American duchess: vous pouvez les voir ici. 

Je ne suis pas ultra satisfaite de la robe en elle-même; les manches ont fini par tomber sur mes épaules, preuve qu'elles sont mal construites et je trouve qu'elle ne rend vraiment pas bien de côté, trop larges... si je refais cette époque je réfléchirai à une meilleure forme.


 Version "dehors" photographiée avant de partir:

Et puis pendant la soirée: 




et pour terminer une petite photo avec la personne dont c'était justement l'anniversaire, floutée pour des raisons de sécurité évidentes. 



jeudi 20 février 2014

Post du jeudi (avec bourrelets)

Voilà, après un petit moment je suis de retour pour les préparatifs de mon second anniversaire costumé de la saison. Le thème choisi était: comédies musicales. Le choix était vaste et j'ai eu plein d'idées... mais j'avais finalement peu de temps et beaucoup de travail durant cette période; d'où la nécessité de reprendre quelque chose sur quoi j'avais au moins une base.
Alors j'ai pensé à cette robe années 20 que j'avais commencée puis laissée de côté: j'en avais parlé ici.
Et comme la première comédie musicale que j'avais vue et aimée en film c'était Chicago, il ne m'a pas fallu longtemps pour associer les deux.

Ensuite le choix du personnage: Velma Kelly, bien sûr ! Ben non, c'était pas évident; elle est brune, avec les cheveux courts, c'était pas gagné. Mais c'est un peu un choix par défaut car mon teint et mes cheveux me portaient plus vers Roxie.... cependant la silhouette... démonstration:
Sur l'affiche du film on a beaucoup travaillé pour le cacher mais il y a une énorme différence de silhouette entre les deux actrices.
On s'entend bien: je ne dis pas que Catherine Zeta-Jones est grosse, ni même qu'elle est pulpeuse ou ronde (ou autres litotes chiantes) mais elle danse depuis très longtemps (elle fait des claquettes d'ailleurs très bien), elle est très fine mais musclée (et magnifique)...je crois que c'est plutôt Renée Zellweger qui n'est pas très musclée (elle ne danse pas très bien dans le film, ses chorégraphies n'ont rien en commun avec celles de sa collègue) et qui est vraiment maigre (j'ose le mot, car vraiment c'est flagrant dans ce film). J'ai fait quelques captures d'écran mais regardez en vidéo la dernière chorégraphies du film et vous verrez tout ce que je dis: 



Donc bon, on composera avec la coiffure plus tard. Occupons-nous du costume, et en passant par la case sous-vêtements car j'ai comme un problème de forme avec le 1920.... 
Voilà ce qu'on veut: 

et voilà ce que la nature m'a donné à moi: 
Alors vu de face c'est un c'est flagrant qu'il y a comme un hic: taille marquée, petite poitrine qui s'écrase très facilement sans un bon soutien (oui oui, je dis petite au risque d'en choquer certain(e)s car pour mon tour de taille et de hanches je ne fais qu'un 100-105 C), et hanches proéminantes bien plus larges que les épaules. Cristina Cordula dirait que j'ai une forme en A, moi je dis en forme de bouteille de badoit et pour parler histo j'ai une forme parfaite pour le second empire et le 1870... mais alors pas du tout pour la belle silhouette longiligne 1920... il va falloir tricher. 

Et comme promis voilà la parenthèse bourrelets, car oui, il faut en parler, en 1920 il n'y a pas (pardon, on en exhibe pas, car il y en a forcément) ; donc il va falloir y remédier. Aplatir le ventre, soutenir la poitrine pour arriver à quelque chose d'à peu près plat de profil donc baleines fortes, verticales puis horizontales. 

Et puis le dos, encore plus marqué au niveau de la taille, on ne pourra pas faire de miracles mais il va falloir baleiner, le plus haut et le plus droit possible. 



Bon eh ben, voilà qui élimine l'option "sans corset"....

D'ailleurs si on revient au film, deux indices de corsets; d'abord c'est furtif mais Velma Kelly en porte un au début (d'ailleurs il ne me semble pas bien correspondre à l'époque): 
et la seule actrice grande taille du film (parce qu'il y en a une); la superbe Quenn Latifah en porte aussi un sous sa robe moulante, on l’aperçoit: 
Donc je me suis plongée dans la recherche de photos d'époque avec des corsets et j'ai trouvé ça: 
Voilà le genre de chose qu'il me fallait; j'ai donc travaillé sur une base RH pattern que j'ai téléchargée et j'ai beaucoup fait d'essais pour le baleinage. 
 Pour le matériel de base c'est un joli satin-coutil commandé chez Vena Cava comme la plupart de mes fournitures de corseterie. Par contre impossible de trouver les gros élastiques qu'on mettait autrefois dans les goussets...donc j'ai opté pour deux morceaux de lycra que j'ai cousus ensembles. 
Au premier essai je n'avais utilisé que des baleines en acier larges (qu'on trouve dans les corsets des années 30/40 que j'ai) sur le bas du corset et deux fines sur toutes la longueur pour les œillets. 
De face c'est à peu près correct, à part que ça manque de baleinage horizontal en haut, la poitrine n'est pas bien soutenue. 
Bon ben voilà, je ne sais pas pourquoi blogger refuse de me mettre la photo dans le bon sens (qui est pourtant comme il faut dans mon dossier...) mais en vous contorsionnant vous voyez le terrible pli du côté... moralité il faut de la baleine sur le côté et jusqu'en haut. Le bourrelet veut être maintenu c'est une loi du costume. 

Du coup après avoir retravaillé le tout j'arrive à ceci (admirez au passage la première utilisation d'un trépied pour appareil photo, ça évite les disputes avec mon mari aussi) : 
On est loin de la forme tubulaire mais on est déjà mieux qu'au départ. 

De profil  on a moins le pli grâce à trois baleines fine en métal/platique et le ventre est quasiment aplati. 

Quant au dos... sablier on a dit... pas grand chose à faire, je le crains... 

Détails des dentelles utilisées et des goussets terminés par une petite abeille pour arranger le tout: 


Et la robe me direz-vous ? Il reste une petite chose à régler: les espèces de petites demi-manches qui ne sont pas assez "carrée"; j'ai les épaules tombantes (vraiment beaucoup) d'où le fait que j'ai presque abandonné les bretelles sur les corsets (elles ne tiennent pas, ou elles sont si serrées qu'elles me font mal aux épaules). Mais c'est la seule chose que j'ai à retoucher. J'ai converti mes anciennes fronces en smocks nid-d'abeilles, rajouté une ligne de pompons en bas et gardé tout le reste qui va bien, elle est en soie sauvage. 



Evidemment le jour J le collant ne sera pas bleu mais résille. c'était pour les photos. 

Détails pour montrer que le corset a été pénible mais qu'il remplit bien son office: 


Une fois complété avec les accessoires, ce sera très bien, d'ailleurs petit zoom sur un head-band shoppé sur Asos.fr qui fera très bien illusion: 
Et puis vous vous disiez que c'était mon seul projet en cours, c'est mal me connaître !!  Je continue de coudre à la main un corset 1760/1780; mais ce sera très long. 
Et puis je vous montre la suite (un peu). Je voulais absolument me faire un patron de corsage de bal 1850-1870 de base que je puisse réutiliser aussi souvent que nécessaire. 

Alors j'ai beaucoup bossé sur un patron et une toile; alors sur le mannequin c'est pas génial, mais j'ai aussi essayé sur moi et c'était top: 



Si j'ajoute à cela qu'on m'a demandé de travailler sur un costume de princesse disney (si si !) pour une sortie carnaval: vous devinez la suite.... 













dimanche 2 février 2014

Ozer la tournure !

Eh ! Comme prévu un post en retard sur mon dernier projet achevé depuis mon déménagement. J'ai attendu quelques semaines avant de me remettre à coudre mais ça y est, la machine est relancée.
Relancée grâce à la fête d'anniversaire de mon cavalier de danse ancienne Il avait choisi un très joli thème pour sa soirée: un grand bal à la cité d'Oz. Autrement dit il fallait aller voir du côté du vert, de l'émeraude et du spectaculaire.
Je venais juste (heureusement) de faire une mise à niveau en regardant le film original et le Fantastique Monde d'Oz sorti il y a peu.
J'ai d'abord envisagé la robe d'Evanora:
Les plumes c'était ok, la mousseline aussi et le corset 1900 aurait été parfait pour avoir une belle silhouette mais j'ai renoncé devant le nombre de sequins qu'il m'aurait fallu coudre (oui parce que je n'aime pas les coller) et le travail d'ajustage qui aurait été énorme... 

Donc, dans un deuxième temps je suis allée chercher des sources dans la comédie musicale Wicked: 
Donc, d'accord du volume, des volants .... 

Et puis un côté un peu victorien, un peu steampunk..... il m'est apparu que ce que je cherchais c'était une tournure un peu extravagante. 

J'ai profité d'un petit passage en Limousin pour aller chez mon marchand de tissu préféré qui avait en stock un joli taffetas synthétique bleu-vert...mais cher ! Du coup je n'en ai pris qu'un morceau raisonnable (5 mètres, je crois) et j'ai commandé sur internet un autre taffetas plus foncé, plus émeraude pour complèter et créer un ensemble bicolore. 
J'ai repris le patron de ma tournure en madras que j'ai un peu modifié afin que le tissus soit beaucoup plus retroussé: je ne le répète jamais assez, une robe de bal ça ne doit pas traîner ! 
Alors je m'excuse d'avance pour les photographies un peu froissée de l'intérieur; j'ai eu le tort de ne pas faire beaucoup de photos avant l’événement; donc je les ai faites après et la robe avait été pliée dans mes bagages au retour de la soirée. 
Quant au temps que j'ai mis: une après midi pour couper, bâtir, ajuster la toile du corsage; mais merci Mamie qui m'a aidée à l'ajuster, j'ai gagné un temps phénoménal en n'ayant pas besoin de batir, essayer, batir, essayer avec quelqu'un qui savait épingler correctement sur moi. Ensuite il m'a fallu environ deux semaines pour monter le corsage avec ses finitions et sa doublure et couper, monter les jupes sans les décorations. La dernière semaine a été consacrée aux dernières retouches et ornements. Donc trois semaines, pas moins. 

Allez je vous montre les détails: 



Le corsage a été monté avec des techniques historiques, juste pour gagner un peu de temps les surplus sont crantés au lieu d'être surfilés mais le montage des baleines avec le sergé a été fait à la main et la doublure des manches idem. Les boutons sont en plastique et imitent des pierres précieuses; c'était pour le côté fantastique ! 

Histoire de vous montrer le système un poil complexe de retroussis: deux coulisses entre la sur-jupe et le tablier, coulisse dans le surplus de couture centrale du dos dont on vient attacher la boucle au bouton et les deux liens horizontaux qui permettent de tenir le bouillonné sur les baleines du jupon-tournure. Pour la petite histoire j'avais oublié ces deux liens au début et au premier essayage ça n'allait pas du tout. 


 Les volants: l'un plissé (tablier) et l'autre froncé (sur-jupe) ont été ourlés à la machine (vu la longueur !) et puis mis en forme et fixés à la main (ce fut long)... mais proprement finis avec des biais dessous.
Pour l'ornementation de cette surjupe, je l'ai voulue un peu "histo" avec du ruban noir de velours ancien que j'ai posé d'un côté à la machine et de l'autre à la main avec un point de chausson invisible (ça aussi ce fut long) pour éviter les plis disgracieux. 

Et puis gros délire sur la jupe de dessous, j'ai voulu pour la terminer un joli ruché qui la plombe un peu (le deuxième taffetas était beaucoup plus léger) et qui brille alors j'ai ourlé à la machine un long, très long, ruban coupé dans le tissus, puis j'ai plissé à la machine et après j'ai fixé chaque "fleur" à la main et en ajoutant une perle; travail que j'avais réalisé aussi au niveau du corsage.... compter 3 soirées rien que pour ça; et dessous j'ai tout replié à la main pour que ce soit propre: 

Voilà .... au final seul le tissu et les boutons de la veste ne sont pas histo mais il me semble qu'en remplaçant les boutons par des boutons recouverts de tissu elle serait portable pour du "histo". Sur les photos en situation j'avais adopté des chaussures modernes vertes (pour rester dans le thème) mais pas abandonné mon corset pour autant ;-)  
Et pour la coiffure j'ai fait pas mal d'essai pour arriver à quelque chose d'à peu près correct (ça ne me satisfait pas encore pleinement); pas de complexe, j'avais triché en rajoutant des nattes et du volume qui ne m'appartenait pas. Quand je serai au point je ferai un tuto photo. 
Merci à mon cavalier et aux autres danseurs qui ont acceptés d'être publiés ici et merci au photographe. 





Voilà, avant de vous quitter, petite preview sur la suite: je suis en train de faire un travail à thème corset; dans l'idéal je dois me refaire un corset 1770-1780; le mien est trop 1740 à mon goût et je débute une tentative de "corset" plutôt gaîne 1920 pour un autre anniversaire à thème. Je vais aussi reprendre ma robe années 20 non-terminée. 
A bientôt !