cookieChoices = {} En-robée: Le patron empire par la méthode empirique

dimanche 1 juillet 2012

Le patron empire par la méthode empirique

Bon, tout commence par des facteurs d'énervement répété. Quand on aime et qu'on respecte la mode empire/regency/directoire... on n'en peut plus d'entendre ces phrases clichées: "la mode empire ce n'est pas flatteur"; "ça fait robe de grossesse", "on dirait que je suis enceinte"; "j'ai l'air énorme".... Il ne faut pas confondre robe ou costume d'époque empire et robe à taille empire. Les robes d'époques ont une forme, une coupe et une structure rigoureuse, rien à voir avec les robes actuelles qui n'ont de commun avec les première qu'une taille relativement haute. Passons... Je disais que lorsqu'on révère la mode de cette époque on s'énerve souvent, à cause des clichés mais aussi à cause de la confection de certains costumes qu'on voit passer sous notre nez. Encore une fois je dis non. La robe empire n'est pas un truc vaguement flottant et plein de plis taillé n'importe comment dans du tissu blanc.... bref là aussi tentons d'oublier.
Alors j'ai décidé d'agir de manière empirique (non ce n'était pas que pour le jeu de mots), j'ai donc sorti ma robe d'époque (celle que je garde précieusement empaquetée dans un coffre), j'ai mis le tout sur un mannequin, j'ai fait des photos et je tente de découvrir et d'expliquer quelle est la vraie structure possible d'une robe d'époque. Je précise que je ne fais l'analyse que d'une robe, celle que j'ai, ceci n'est pas absolument catégorique et d'autres robes étaient sûrement faites autrement.



Commençons par la forme, la "vraie" robe empire ne plisse pas sur le devant, elle est presque tubulaire et elle met en valeur la taille fine du modèle. Elle allonge la silhouette au lieu de la flouter.


par exemple sur mes photos on voit nettement que la partie sous la poitrine tombe parfaitement "à plat" ou "droite".
Deuxième étape de l'observation: la question des plis: ils ne commencent qu'à partir de l'arrière de la manche et sont vraiment, vraiment très fins. Je vous ai mis un doigt sur la photo pour que vous puissiez vous rendre compte. Cela explique la finesse de la taille. 




 Enfin la clef du mystère réside pour moi dans les "lais" des côtés, la robe est formée de deux rectangles (celui de derrière plus large pour les plis) qui sont assemblés avec des pans biaisés qui forment des trapèzes ou des triangles. L'originalité de la robe que je possède c'est que les deux propositions sont réalisées car je pense (c'est une hypothèse) que la robe était un jupon XVIIIe qu'on a "transformé" en robe à taille haute pour se conformer à la mode. Du coup les pièces du corsage sont très petites et les fameux trapèzes des côtés ne sont pas identiques.





 Enfin un autre souci qui me vient toujours avec ces robes c'est la finesse des épaules, j'en parlais avec une amie costumière et j'illustre le propos:


 Enfin pour étayer mon hypothèses: les broderies qui rappellent beaucoup celles des jupons ou des tabliers de la seconde moitié du XVIIIe et la taille à l'intérieur où on voit bien la "sauvage" recoupe du tissu. D'ailleurs à d'autres endroits on voit que des coutures "coupent" les broderies; preuve qu'elles leur sont postérieures.




Voilà, en espérant avoir éclairé par cette analyse la structure des robes d'époque empire. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire