cookieChoices = {} En-robée: Entre costume et déguisement.

mardi 19 mars 2013

Entre costume et déguisement.

Salut à tous, je vous écris depuis le fond de mon canapé ou je suis coincée depuis 4 ou 5 jours par une méchante maladie qui me coupe le sifflet. Alors j'ai un net besoin de m'exprimer par écrit, c'est le moment de poster. 

"A mi-chemin de la cage au cachot la langue française a cageot..." Francis Ponge in Le Parti pris des choses p.38 

Et oui j'aborde aujourd'hui un sujet épineux dans le monde des couturiers historiques, des costumiers, des costumés ou de la reconstitution. En effet je crois qu'il manque un mot à mi-chemin de déguisement au costume. 
Dire à quelqu'un qu'il est déguisé quand il pense être costumé, c'est mal ! Mais pour autant on peut faire une tenue historique qui était un déguisement : Voyez par exemple ce qu'a fait Kendra ici

Et puis franchement, il y a déguisement et déguisement...regardez par exemple ces pochettes de patrons classées toutes les deux en "déguisement" dans les merceries, le premier est chez Burda et l'autre chez Butterick.

Bon, donc du coup pour une sortie dans un petit carnaval de campagne avec une gentille collègue j'ai proposé un projet de déguisement historique. J'invente le terme puisqu'il s'agit bien d'un déguisement mais un déguisement qui s'inspire du costume historique et qui doit faire illusion. 

Mais alors qu'est-ce un déguisement et à partir d'où ou sur quels critères parle-t-on de déguisement et plus de costume ? Loin de vouloir polémiquer je vous livre juste le fruit de mes propres réflexions et je ne prendrai que mon exemple. 

D'abord le projet, l'idée (car j'ai pris la bonne résolution de toujours vous montrer mes sources d'inspiration, je suis trop frustrée de parcourir certains blogs où je trouve des idées brillantes mais que je ne vois pas la démarche qui les amène à ces idées). Nous sommes parti du thème du carnaval qui était le campagne paysanne et champêtre ancienne. Lorsque ma collègue m'a parlé du thème j'ai tout de suite pensé aux peintures dix-huitième de scènes pastorales, bergères. (peut être aussi à cause de M. Jourdain avec lequel j'ai passé deux mois au travail "Il y a trop de mouton là-dedans"). 
Voilà alors j'ai recherché quelques illustrations: 
"Rural Life", 1783; LWL 783.02.24.03 lwlpr05138 source incertaine, pinterest avec lien coupé :-(






Berger et bergère dans un paysage
Ecole française du 18ème
Suiveur de François Boucher
Dimensions : 73.8 x 101 cm
Huile sur toile
Tableau en vente Galerie Renzo Calderan

Donc ce qui aurait le mieux convenu c'est une polonaise mais je n'ai pas le temps, donc premier critère le déguisement est une réalisation rapide qui demande moins d'effort qu'un costume historique. Je me suis donc dirigée vers un caraco. 
En plus la plupart des bergères sont très dévêtues sur les tableaux, vu le 12 degrés prévus pour ce week-end, pas moyen !! Donc caraco. 
Bergère tenant une houlette, debout, de trois-quarts à gauche, les pieds nus
Demarteau, Gilles, 1729-1776 (graveur) ; Boucher, François, 1703-1770 (d'après) 
Bibliothèque municipale de Lyon


Pour le tissu je me suis inspirée de la gravure vue plus haut et de ce modèle de robe à l'anglaise: 
Robe à l'Anglaise
Date: 1785–87 Culture: French Medium: silk Dimensions: [no dimensions available] Credit Line: Purchase, Irene Lewisohn Bequest, 1966 Accession Number: C.I.66.39a, b
Metropolitan Museum of Arts

J'ai trouvé dans mon  stock de tissu un tissu vintage que j'avais acheté sur un vide-grenier et qui est en synthétique. Deuxième critère: le déguisement est dans un tissu moins précieux qu'un costume. On prend dans ce qu'on a, on ne dépense pas davantage. 

Et puis comme je couds d'après des mensurations et que je ne peux kidnapper ma collègue pour lui faire faire de vrais essayages j'ai modifié mon patron de robe à l'anglaise et j'ai pensé à l'échelle de ruban pour permettre de régler l'ouverture du caraco par dessus le corset. Et pareil pour la jupe que j'ai adaptée sur un patron d'un jupon ancien que je possède et dont on peut régler l'arrière par des rubans dans la ceinture. 
Je me suis aussi inspirée de la demoiselle Dreamstress qui a fait un très joli caraco, historique, elle: ici. 




Troisième critère, on reconnaît un déguisement, chez moi au fait qu'il n'est pas doublé, ici je ne doublerai pas, pour le froid j'ajouterai des manches au corset dessous.
Le tissu est synthétique, certes, mais vintage et le synthétique vintage ça n'a rien à voir avec les synthétiques d'aujourd'hui, ça se coud bien, ça se repasse même !



Les coutures sont crantées mais non surfilées. 
Enfin quand on nous sait costumière par loisir et qu'on promet à des non-costumés de leur bricoler un déguisement ou une tenue il faut tenir la promesse que j'appelle la promesse frou-frou. Il faut tenter de réaliser le disney-dream ou syndrome Coppola. Il faut du volant, de la fronce, de la fleur et du ruban. C'est un peu obligatoire. Nous les "déformés-historiques" on préfère ça :
Jacket and Petticoat[Right]c. 1790s-France
Material: 
French jacket of red striped plain-weave cotton with center-front lacing; petticoat of white cotton woven quilting (matelassé)
KCI

à ça : 
Mais ce n'est pas le cas de tout le monde et je me fais un devoir de satisfaire celles pour qui je couds, une femme déguisée ou costumée doit toujours être une femme heureuse qui s'amuse. 

Alors c'est la fête au ruché et à la fronce: 









Et enfin pour le chapeau je me suis inspirée de ces modèles: 
Woman's hat, cream silk over straw
1760-1785
Origin: England
Dia: 14"; brim: 4 1/2"; crown depth: 1", dia: 5"; gauze trim: 2 1/2"
Straw; silk; silk lace trim; paper base.
Museum Purchase
Colonial Williamsburg Museum

Date: ca. 1760
Culture: British
Medium: raffia, silk
Dimensions: Diameter: 14 1/4 in. (36.2 cm)
Credit Line: Purchase, Irene Lewisohn Trust Gift, 1984
Metropolitan Museum of Arts



Snowshill Manor © National Trust / Richard Blakey; Bergere Hat, 1730-1770




Quant à moi je vais réutiliser mon anglaise rouge: 



Je vais essayer de trouver le temps de me faire un joli tablier et des machettes pour m'approcher de ce joli tableau dont je n'ai pas pu trouver la véritable source, d'ailleurs je rejoins Heileen là-dessus, c'est péniiiiiiiible les beaux tableaux sans source !! Ici. 


Francis cotes, circa 1770, origine inconnue, huile sur toile, dimensions inconnues.

Peut être avec une petite guirlande de fleur comme ici: 

Miniature à vendre sur Jaegy-theoleyre.fr WELPER Jean Daniel (1730-1789), PORTRAIT DE JEUNE FEMME EN BERGERE, MINIATURE CIRCA 1750



3 commentaires:

  1. Ah selon tes critères je fais pratiquement que du déguisement historique. ;-)
    Mais j'ai eu la même interrogation que toi et j'en arrive à une conclusion différente. Pour moi le problème n'est pas tant qu'il manque une appellation entre déguisement et costume historique, mais plutôt que le terme "costume historique" est impropre. Au fond les filles (et les garçons d'ailleurs) qui font de l'histo de chez histo en essayant de s'approcher au plus près de la réalité, elles/ils font du vêtement historique, pas du costume... (je crois que the Couture Courtesan avait écrit un article à ce sujet.
    Sinon je te rejoins sur le critère froufrous indispensables. ^^

    RépondreSupprimer
  2. Pour Christelle, ça paye pas de mine, c'est tout simple. Maintenant il n'y a plus qu'à espérer que je ne me sois pas trop plantée sur la conception du patron...
    En tout cas Lucie il y a un vrai problème de termes en Français et les critères dépendent vraiment de moi, ma conception du mot "historique".. Je me rends compte que mon niveau d'exigence se modifie aussi d'années en années.C'est très compliqué car il y a aussi la différence, en effet, entre costume qui suppose représentation, temps très court et véritable vetement.. Mais comme je le dis on peut très bien faire de tout, de l'histo, du déguisement, du costume.. du moment qu'on est clair et qu'on montre tout, moi j'aime:-D

    RépondreSupprimer