cookieChoices = {} En-robée: De l'origine ancienne du mot "polonaise"

jeudi 11 juillet 2013

De l'origine ancienne du mot "polonaise"

Voici le premier d'une série de trois billets consacrés à la robe à la polonaise, ou polonaise (tout court); bien sûr je parle de la "vraie" polonaise, pas la robe à l'anglaise retroussée en polonaise. Cette robe de la seconde moitié du XVIIIe siècle donne lieu a beaucoup d'incompréhension, de clichés et d'hypothèses plus ou moins tirées par les cheveux.
Après une recherche dans des textes d'époques; oui car nous autres Françaises(es) avons un avantage considérable grâce à la bnf, nous pouvons lire les textes d'époques, dans la langue d'origine et trouver par nous mêmes des informations précises (et arrêter de relayer encore et encore les même approximations et les mêmes bêtises). Il faut en profiter et essayer de transmettre de petites trouvailles à nos amis non-francophones. Je ne tenterai pas la traduction, il faudra se contenter de celle proposée par le site, désolée.


Mon idée de départ c'est de tordre le cou à la rumeur que le nom de la polonaise viendrait de sa division en trois, comme la première partition de la Pologne. Partant de là j'ai remonté le fil des dates et des écrits pour trouver des pistes sur son origine véritable.
Outre le fait que cette partition de la Pologne n'est mentionnée nulle part dans les écrits, publications liées à la mode, les dates semblent parler d'elles mêmes. Cassidy avait trouvé une mention de la Polonaise en 1775, en langue Anglaise: http://mimic-of-modes.blogspot.fr/2012/01/little-more-on-polonaise.html; et Heileen m'a aussi fait passer une mention qu'elle a trouvé dans un écrit de 1768: 
Autrement dit, le premier partage de la Pologne a lieu en 1772, la robe préexistait. Ouf nous voilà débarrassés d'un premier cliché, nous pouvons repartir sur de nouvelles bases.

D'abord l'explication la plus simple (et on m'a bien appris qu'en terme de recherche, l'explication la meilleur est toujours la plus simple) c'est que la robe tire son nom d'une mode, d'un manière d'arranger les choses. Le concept (concombre pour certaine) est assez simple. Vus voyez nettement la différence entre une robe à l'anglaise et une robe à la française; l'idée est basée sur une espèce de catégorisation des peuples; elle est la même que pour les jardins à l'anglaise ou à la française: les Français sont rigoureux, rigides, font des manières, les Anglais sont plus "nature", simples, pittoresques.
Et bien au XVIIIe, on l'a oublié (il faudrait chercher pourquoi) mais il existe systématiquement une troisième voie entre le "à la (manière des Français) française" et "à l'anglaise"; le "à la polonaise".
Je ne vais pas énumérer tous les catalogues que j'ai consulté car ce serait long et fastidieux mais cela se vérifie dans tous les domaines, voici le compte de quelques objets suivant cette règle dès le début du siècle:
- jeu de dames à la polonaise
- lit à la polonaise
- selle à la polonaise (une selle en amazone pour la chasse qui permet aux femmes d'être le buste de face et les jambes de côté en enroulant la jambe droite autour d'un pommeau très conséquent)
- des amandes à la polonaise
- des ferrures à la polonaise
- moulins à la polonaise (qu'on retrouve souvent d'ailleurs) ...
et puis dans le domaine de l'habillement trois références:
- les Boutons à la polonaises et à longue queue (ici je vous renvoie aux descriptions des circassiennes ou lévites qui se distinguent par les "glands" qui suspendent les retroussis) mentionnés dans les Arrêts de la cour de Parlement de Metz du 16 Novembre 1697 (qui concerne les boutonniers et les enjoliveurs de la ville de Metz).
- les bonnets à l'anglaise et à la polonaise dans le Dictionnaire universel de commerce paru écrit entre 1726 et 1732
- enfin les souliers à la Polonaises: ce sont des souliers pointus au bout.... non, vous ne devinez pas leur autre nom ? ....si si ce sont les Poulaines !
Deux mentions différentes dans un ouvrage de 1731 nommé Les Arrêts d'amour de F. CHanguion d'Amsterdam qui contient aussi un glossaire des anciens termes:

on la retrouve dans le dictionnaire de Fontenelle en 1732. Du coup, je me suis même demandé si "Poulaines" n'avait pas été une simple déformation de "polonaise"... une autre recherche à mener en phonétique historique.

Deuxième possibilité mais qui plaide aussi pour une origine plus lointaine que 1772; la mode polonaise crée par la famille de Stanislas Ier, Stanislas Leszczynski dit Stanilas le Bienfaisant, roi de Pologne de 1704 à 1709 puis Duc de Lorraine et de Bar à partir de 1737 (et le dernier ferme la porte !) père de Marie Leszczynska, épouse de Louis XV.
Je ne ferai pas tout le tracé de la généalogie et de la royauté éphémère du personnage mais j'insiste sur le fait qu'il y a eu un engouement à partir de 1730 pour les "choses" polonaises.
On trouve un nombre incalculable de copies de plan de Nancy portant les améliorations du Duc cité plus haut, j'ai trouvé une étude de costume pour l'opéra (quand un pays devient à la mode à l'opéra c'est que la mode s'est installée durablement):
malheureusement pas de dates précises, c'est bien dommage ! 
Et puis pour preuve de cette mode, un ouvrage circule beaucoup, j'en trouve trace dans de nombreux catalogues de bibliothèques personnelles: Les Mémoires de la Comtesse Linska. (1756)
Or il est d'abord référencé dans la Bibliothèque Royale de Nancy, justement, et il se trouve qu'il est dédié à la Reine de Pologne.. oui ! à la femme de Stanislas Ier (qui par accord a pu garder son titre), Catherine Opalinska. Donc elle est si célèbre à l'époque qu'un certain Millon écrit ses mémoires à sa place sous un pseudo-pseudonyme ! 
Enfin on pourra ajouter la diffusion en France des Polonaises de Bach qui sont livrées en Russie à partir de 1765, tout concorde pour mettre à la mode les peuples orientaux du Nord. 

Voilà donc deux pistes qui nous amène à penser que la polonaise a une origine plus ancienne qu'on le dit généralement et qu'elle appartient à une mode, un tout, qu'elle n'émerge pas de nulle part en 1780 comme on le lit parfois. 
Ce fut un peu abstrait mais la suite très vite avec un lien incongru entre le développement de la Polonaise et Rousseau ! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire